histoire

L’association cinEden

Dès le printemps de l’année 2013, une dizaine de personnes aimant le cinéma avec passion, voulant à tout prix conserver une salle de projection de films ouverte au public, ont constitué l’association cinEden. Cette association est présidée par Mme Francine Bornet-Henchoz et réuni les personnes suivantes : Mesdames Gwenaëlle Jacot-Guillarmod, Nicole Rosat-Bornet, Céline Chabloz, Mélanie Randin Lugrin, Christine Frei, Sophie Maye-Savoy, ainsi que Messieurs Patrick Kovaliv, Patrick Le Louerec et Wjotek Wesranowski. Cette liste n’est pas exhaustive et toutes personnes qui désirent adhérer à cette associaiton ou qui souhaitent élargir le cercle de bénévoles sont les bienvenues.

Depuis 1978, le bâtiment qui abrite la salle de cinéma appartient à la Commune de Château-d’Oex qui est de fait le partenaire indispensable de l’association. C’est amusant de signaler que la ruelle qui longe la voie de chemin de fer du MOB et qui débouche sur la Grand Rue à l’endroit de la pharmacie Haroun porte le nom de Rue du Cinéma et la salle de cinéma elle-même en porte le numéro 11. Signe de pérennité, de longévité et de confiance en l’avenir…

La programmation des films qui sont projetés chaque fin de semaine est assurée en collaboration avec la société de distribution Cinérive, dont le répondant pour Château-d’Oex est M. Patrick Kovaliv. Notre site internet de même que le Journal du Pays-d’Enhaut annoncent régulièrement les films qui sont à l’affiche.

Vous rendez-vous compte du confort que l’on trouve dans la salle, de la qualité de l’image et du son des films que l’on y projette, de l’écran géant, des investissements qui ont été consentis par les communes du Pays-d’Enhaut pour que nous ayons la chance de bénéficier d’une telle salle de cinéma ? C’est une belle histoire qui a commencé il y a plus de cent ans et dont nous allons rappeler quelques jalons pour votre information.

1911-1932 : le cinéma muet

En 1910, on construisit à Château-d’Oex la grande salle, à côté du bâtiment scolaire, afin que puissent s’y tenir les soirées des sociétés locales, diverses conférences et assemblées ainsi que les leçons de gymnastique dispensées aux élèves de nos écoles. En même temps, un horloger de Vevey vint s’établir à Château-d’Oex : c’était M. Charles Renaud (1865-1947) qui suggéra d’organiser périodiquement des séances cinématographiques, en particulier à l’intention de la clientèle étrangère qui séjournait au Pays-d’Enhaut. Un accord intervint avec la Commune de Château-d’Oex et commencèrent alors la belle époque et les années folles du cinéma muet : le jardinier mystificateur, les films d’épouvante, Rudolf Valentino et Charlie Chaplin, les comédies sentimentales, « spectacles que la direction du cinéma Luna offre à notre public et qui échappent à toute critique et demeurent constamment conformes aux règles les plus sévères de la morale et des bonnes moeurs » comme convient le rédacteur du journal « Le Progrès » à la fin de l’année 1930.

1932 – 1978 : Jean Renaud (1905-1978)

Le fils de l’opérateur et directeur du cinéma Luna, M. Jean Renaud, secrétaire- comptable de l’imprimerie Klausfelder à Vevey, montait à Château-d’Oex chaque semaine pour aider ses parents à exploiter le cinéma muet dont les films avaient attiré un public considérable à la grande salle. Mais le cinéma parlant survint en 1931. « Les recettes baissaient, les bon films devenaient rares. Une installation sonore dans la grande salle étant presque impossible, j’étudiai le projet de construire un cinéma parlant confortable, moderne, mais pas trop coûteux. Je fis des calculs, de nombreux calculs », note Jean Renaud dans son journal de bord.

On ne va pas résumer les nombreuses polémiques et controverses qui précédèrent la construction du bâtiment destiné à ce qui allait devenir le cinéma Eden. Toujours est-il qu’il fut inauguré le 05 octobre 1932 avec le film de Maurice Tourneur, « Accusée levez-vous! » en présence de toutes les notabilités du pays et des entrepreneurs, ingénieur et architecte ayant permis sa réalisation. « Arrivent bientôt les invités : grandes toilettes et smokings pour quelques-uns… C’est le grand événement. Et pour la première fois, en public, l’écran de l’Eden parle. Il parle un peu fort au début, mais d’une façon excellente, nette et claire. C’est parfait. A l’entracte, chacun se déclare satisfait. La réussite s’avère complète ».

Malgré la crise économique des années trente, la Seconde Guerre mondiale et la concurrence de la télévision, qui s’est fait ressentir surtout dès le milieu des années 60, le cinéma Eden connut une prospérité suffisante pour faire face à ses charges et assurer un revenu nécessaire à la famille Renaud. Le père Charles resta présent dans la cabine de projection presque jusqu’à son dernier souffle et la famille de son fils Jean vécut dans l’appartement aménagé dans l’espace situé au-dessus de la salle de cinéma. Les 45 années durant lesquelles ils ont géré le cinéma Eden, c’est toute une aventure : en 1931, on comptait dans le canton de Vaud 30 salles de cinéma; il y en avait 67 en 1963 et plus que 46 en 1992. Et combien y en a-t-il en ce printemps 2014 ? Si l’on faisait l’inventaire de tous les films qui ont été projetés à Château-d’Oex, si l’on pouvait rencontrer dans un grand champs les disparus et les représentants des cinq générations de spectateurs qui se  sont trouvés devant le grand écran, avec des glaces au chocolat de l’entracte, ce serait  plus que l’histoire d’un siècle qui défilerait devant nos yeux. Quelle chance nous avons eue de compter dans notre vallée enserrée de montagnes des passionnés de cinéma ! Merci à Jean-Paul Renaud de nous avoir raconté cette odyssée dans la belle plaquette qu’il fit paraître en 2007, à l’occasion du 75e anniversaire du cinéma Eden.

1978-2013 : le spectacle continue

Roger et Ulla Chappuis ainsi que Claude et Yvonne Tièche sont deux couples de commerçants qui ont eu un pignon sur rue à Château-d’Oex : les premiers comme photographes et dépositaires de radios-télévisions, les seconds comme opticiens, horlogers-bijoutiers, héritiers d’un commerce familial. Depuis 1979 jusqu’à ces toutes dernières années, ils prirent la succession de la famille Renaud comme gérants du cinéma Eden. Ces 35 dernières années n’ont pas été les plus faciles, et c’est une euphémisme : il fallait allier compétence, disponibilité, il fallait avaler des couleuvres comme partenaires de grandes sociétés de distribution, il ne fallait pas avoir le regard rivé sur le tiroir-caisse quand la salle était vide ou presque. Mais ces deux couples ont tenu le choc, vaille que vaille, et la salle n’a jamais été fermée, à part durant quelques mois en 2012-2013, après que des intermittents eurent assuré la transition jusqu’à la constitution de notre association, au printemps 2013.

Nous remercions la Commune de Château-d’Oex qui assure l’entretien et les charges financières de notre bâtiment; nous remercions tous les bénévoles qui ont appris sur le tas à remplir les fonctions qu’exige l’exploitation de notre salle; nous remercions les cinéphiles d’ici et d’ailleurs qui assistent régulièrement à nos projections. Nous comptons plus que jamais sur votre soutien et sur votre fidélité pour que le manège tourne, et qu’il continue de tourner.

Pour l’association cinEden,   Michel Zulauf (mars 2014)

Références :  

« Château-d’Oex, Eden Cinéma, 1932-2007 », écrite et éditée par Jean-Paul Renaud, à Chésard-St-Martin et Château-d’Oex, juin 2007.

« Le Journal du Pays-d’Enhaut », septembre 2013.